Menu
Create Custom Side Menus
Le bon plan | Street Art Fest : moments de solitude
52203
single,single-post,postid-52203,single-format-standard,eltd-core-1.0.1,ajax_fade,page_not_loaded,,borderland-ver-1.2, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,side_menu_slide_with_content,width_470,paspartu_enabled,paspartu_on_bottom_fixed,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.1,vc_responsive
momentsdesolitude 20150615 3

Street Art Fest : moments de solitude

Une portée internationale

Avant son succès actuel, Isaac Cordal étudie les Beaux-Arts à Pontevedra en Espagne où il apprend la sculpture, puis à Camberwell College of Arts à Londres. Il expose pour la première fois son projet « Cement Eclipses » en 2012 à la galerie RAS de Barcelone. Depuis, ses créations ont parcouru la planète, de Londres à Bogota en passant par Saint-Petersbourg ou Nantes. Des créations aux dimensions qui interpellent.

En petitesse

Un œil précis observe le fonctionnement de nos sociétés modernes de consommation et ses conséquences. Une main habile sculpte le métal, la résine de polyuréthane, peint des figurines humaines d’acrylique. De petits personnages prennent alors la forme de membres de famille, d’employés de bureau, d’ouvriers, qui nous dévoilent leurs instants de solitude. Celle-ci s’exprime à travers leur mise en scène : absorbés par leur téléphone portable, enfermés dans leur univers bureautique cloisonné par des cages à lapins, prisonniers d’un caddie de supermarché, perchés à deux mètres de hauteur au sommet d’une tour, gisant par terre, s’enfonçant progressivement dans le sol, s’accrochant à une piètre bouée de sauvetage…

Un travail fin, des sculptures riches de détails qui permettent aux visages, aux postures des personnages d’exprimer leur sentiment d’étouffement, d’angoisse, de panique, d’abattement, de repli, de donner forme à toute une morbidité ambiante. Pour capter le regard, l’artiste fait le choix d’une échelle miniature. Une dimension qui rend étonnamment son univers très réel, un zoom qui permet de prendre de la distance avec le sujet, d’élargir son observation, d’élaborer une meilleure compréhension pour une prise de conscience plus efficace.

Un art sauvage, éphémère.

Selon ses propres mots, c’est par «accident» qu’Isaac Cordal s’est initié à l’art de rue, en camouflant ses sculptures dans le paysage urbain. Il ne cherche pas à habiller la ville, il l’utilise comme éléments de décor pour mettre en scène ses créations. Faciles à transporter dans son sac à dos, elles sont devenues de plus en plus petites pour se fondre dans un espace urbain toujours plus grand. Toujours exposées au risque d’être détruites, l’artiste se sépare finalement de ses œuvres.

momentsdesolitude 20150615 3

Moments de solitude nous offre des œuvres originales aux dimensions étonnantes. On apprend qu’ une statuette est dissimulée dans la rue Génissieu. Une fois sorti de l’exposition, on se surprend à observer les murs, leurs recoins pour la découvrir. Une manière d’éveiller notre regard, de rester curieux, de nous inviter à regarder nos rues, réfléchir au fonctionnement de nos sociétés.

À noter que cette expositon, initiée dans le cadre du premier Festival du street art fest, festival d’art de rue, se prolonge dans les 1 000 m² de l’ancien musée de peinture, de 13h à 19h, jusqu’au 28 juin avec en point de mire l’inauguration le 26 juin de la fresque monumentale Contre-attaque rue Humbert.  Le street art s’invite dans les rues de Grenoble pour une semaine encore, profitez-en !

 

The Family detail 4 2015

Isaac Cordal
Moments de solitude
Spacejunk Grenoble
15 rue Génissieu
38000 Grenoble
04 76 26 02 83

BlogLBP
No Comments

Post a Comment