Menu
Create Custom Side Menus
Le bon plan | C-elle qui m’accompagne
52200
single,single-post,postid-52200,single-format-standard,eltd-core-1.0.1,ajax_fade,page_not_loaded,,borderland-ver-1.2, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,side_menu_slide_with_content,width_470,paspartu_enabled,paspartu_on_bottom_fixed,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.1,vc_responsive
20150608 jingwang2

C-elle qui m’accompagne

L’intitulé de l’exposition : c-elle qui m’accompagne, prend racine dans une simple pensée qui a traversée l’esprit de l’artiste. En route pour la France, Jing Wang s’est dit : « Finalement, c’est toujours moi qui m’accompagne partout » ! C’est donc avec une note d’humour que le sujet s’impose.
Née en Chine à Changsha en 1983, l’artiste vit en France depuis 2002. Elle nous confie une partie de son univers en usant de ses talents de photographe et de poète à travers trois séries de photos très personnelles.  

20150608 jingwang2

 Trois séries pour plusieurs formats

Jamais partir est la série de quatre clichés imposants qui nous accueille. Crées en 2013, des portraits d’ hommes et de femmes âgés cadrés au niveau de la poitrine et du bas du visage sur lesquels se superposent les reflets de silhouettes aux effets fantomatiques.

La petitesse du format des cadres de Vestige memory nous invite à nous rapprocher pour discerner l’espace privé de Jing. Composés à chaque fois de deux clichés, de textes philosophiques et poétiques, on découvre ses réflexions, ses douleurs, ses coups de cœur, sa déclaration d’amour.

La dernière série c-elle qui m’accompagne envahie tout le mur. De multiples auto-portraits pris en contre-plongée, une manière de détourner l’usage du selfie, de casser les codes. Le corps est mis en perspective dans des décors intérieurs, le visage disparaît sous une longue chevelure brune ébouriffée.

Une technique simple

Pour Jing Wang : « Cette série est constituée de selfies pris avec un smartphone. Cela m’ est venu quand je me suis penchée au-dessus de mon téléphone. Posé par terre, il a pris le rôle d’ un miroir. J’ai retiré ma chaussette et avec mon orteil, j’ai pris une photo. J’ai répété cela comme un moyen de m’approprier tous les coins de mon appartement, puis dans mes voyages, chez des amis à qui j’ai demandé de me prêter des vêtements. Non seulement je m’approprie l’espace mais aussi les personnes qui y vivent ».

L’artiste veut nous dire que beaucoup de choses pourraient être plus simples, qu’il est simple de créer. Pour nous le prouver, elle rempli les trois murs d’une galerie avec comme seuls instruments… un smartphone et un Polaroid !


Comprendre un art contemporain

Des sous-vêtements, des toilettes, comme éléments du quotidien, du domestique, du privé, de l’intime. Jing Wang, nous dit que « la solitude est au cœur de son travail ». C’est avec cet élément qu’on arrive à interpréter la symbolique de ses clichés. Quand elle photographie ses pieds plongés dans des cailloux, on devine son sentiment d’emprisonnement, de stagnation. Si elle expose ses membres dans des bandages, c’est pour exprimer sa douleur, son impuissance. Des auto-portraits sans visage quand l’ identité se fond dans cette solitude. Des armes, couteaux, pistolets, mettent en scène des suicides pour en traduire la détresse.

C’est avec courage que Jing Wang nous ouvre les portes de son jardin secret, nous invite à partager simplement autour de son travail, en nous offrant l’occasion de sortir de nos solitudes.

20150608 jing wang3Jing Wang www.jingwang-art.com
Exposition C-elle qui m’accompagne
Du 2 Juin au 11 Juillet 2015
Bibliothèque Kateb Yacine
Centre commercial Grand’Place
38100 Grenoble
Ouvert du mardi au samedi de 13h à 18h.

BlogLBP
No Comments

Post a Comment