Menu
Create Custom Side Menus
Le bon plan | Quel avenir pour la demande d’asile ?
51158
single,single-post,postid-51158,single-format-standard,eltd-core-1.0.1,ajax_fade,page_not_loaded,,borderland-ver-1.2, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,side_menu_slide_with_content,width_470,paspartu_enabled,paspartu_on_bottom_fixed,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.1,vc_responsive

Quel avenir pour la demande d’asile ?

Olivier Tirard Collet, chargé de mission à l’ADA (Accueil des Demandeurs d’Asile) s’irrite franchement de la situation « La demande d’asile est en pleine réforme… nous n’avons aucune idée de la manière dont les gens vont pouvoir produire un formulaire ».

 

Les spécificités iséroises

« Pour parvenir sur le territoire français, le demandeur d’asile ne bénéficie pas de visa ou de billet d’avion, il lui faut utiliser les services d’un passeur, ça se monnaye par la vente de possession, de prêts… Vu l’investissement financier et humain lorsqu’il arrive en Europe, il s’organise pour retrouver sa communauté, un hébergement, un soutien et un peu de solidarité ».

En Isère, les principaux ressortissants proviennent « de la République démocratique du Congo, suivi de très près par le Kosovo, des personnes qui viennent de Macédoine, essentiellement des Roms. La Serbie est également représentée et, de manière générale, des personnes qui proviennent des Balkans pour une raison de proximité… et une forte représentation de Guinéens, avec beaucoup de femmes seules avec enfants pour des raisons de mariage forcé ou d’excision ».

Dès leur arrivée, les demandeurs d’asile se rendent en préfecture pour retirer leur demande de séjour et leur dossier de demande d’asile.

 

Un accompagnement de première nécessité

L’association grenobloise intervient à partir de ce moment pour faciliter leur intégration. Elle les informe de leurs droits aux tarifications solidaires en matière de santé, de logement, d’habillement ou de transport et propose de les accompagner dans leurs démarches, d’abord auprès de l’ OFPRA (Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides) et puis, en cas de rejet de la demande auprès de la CNDA (Cour Nationale du Droit d’Asile) en procédure de recours.

L’ADA, 3 salariés, 45 bénévoles et 12 stagiaires, les aide à retranscrire leur récit pour la constitution de leur dossier de demande d’asile et organise des simulations d’entretien avec la participation d’interprètes bénévoles ou professionnels pour les préparer aux auditions.

Olivier Tirard Collet ne cache pas son exaspération devant la « complexité abominable croissante » de la procédure et surtout devant le « flou complet quant à l’instruction des dossiers » découlant de la réforme en débat au Sénat. Il réclame une procédure unique et simplifiée associée à une politique d’hébergement commune, car « la situation concrète des personnes se dégrade ».
« Alors que le flot des demandes est resté constant depuis 30 ans […] la demande d’asile a baissé en France et en Isère en 2014 par rapport à 2013. En Suède, elle a été multipliée par deux… on est passé de premier pays d’accueil de demandes d’asile au quatrième, car les demandeurs vont ailleurs parce qu’en France on dort dehors et que les procédures sont archi-compliquées ». Les propos recueillis montrent un décalage entre certains discours et la réalité.

 

Permanences de l’ADA (Accueil des Demandeurs d’Asile)
Tous les mardis et vendredis de 9h à 12h
6 rue Berthe de Boissieux, Grenoble
tél : 04 76 50 24 06
accueil@ada-grenoble.org 

site internet : ADA – Accueil des Demandeurs d’Asile

BlogLBP
No Comments

Post a Comment